Jeune fille courant sous la pluie
Jeune fille courant sous la pluie

La course est probablement le sport numéro un des Français. Pour s’y mettre, il ne faut pas grand chose… Simplement une paire de chaussures et l’envie d’y aller… L’envie… C’est justement ce qui peut faire défaut quand il pleut ! Dur dur de se mettre à courir sous la pluie et à se dire qu’on sera trempé jusqu’aux os ! Alors, voici quelques conseils et astuces pour réussir votre jogging sous l’eau. Ce sera pour vous, l’occasion idéale pour développer votre corps et votre volonté.

S’habiller correctement pour courir sous la pluie

Le tout n’est pas de courir, mais de s’habiller correctement pour aller courir. Pour cela, vous devez revoir tout votre équipement en revue de la tête aux pieds.

Vissez une casquette sur votre tête

La casquette s'avère utile pour courir sous la pluieVotre meilleur allié sera sans aucun doute la casquette, le bonnet ou autre couvre-chef que vous déciderez de porter. Votre visage sera à l’abri de la pluie et vous ne risquez pas d’avoir des gouttes qui dégoulinent le long de votre visage. Toutes ces petites choses qui vont handicaper votre progression. Le mieux est d’en avoir plusieurs modèles. Ainsi, s’il pleut plusieurs jours d’affilée, vous pourrez en changer. C’est aussi une manière de pouvoir opter pour le meilleur couvre-chef.

En effet, si une casquette vous protégera de manière optimale de la pluie ou du soleil, elle sera inutile contre le froid, où le bonnet se révélera bien plus efficace… Et oui, si la pluie est votre ennemie du moment, n’oubliez pas que courir en plein soleil vous fera tout autant souffrir et qu’il faudra, là aussi, sortir couvert.

En revanche, quand il fait froid, qu’il pleut et qu’il vente, vous devrez vous armer d’un chapeau bien épais qui ne laisse rien passer et qui garde les oreilles au chaud.

A rajouter à la casquette, c’est la paire de lunettes. Une paire sans teinte et sans correctif peut très bien faire l’affaire pour courir sous la pluie et vous offrira une protection supplémentaire contre les gouttes. Notez cependant, que vous risquez de souffrir de la buée lorsque vous passerez dans des endroits moins humides. Et, vous perdrez en visibilité.

 

Vérifiez vos chaussures

Avant de vous lancer dans les intempéries et de courir sous la pluie, il est nécessaire que vous vérifiiez vos chaussures. Et surtout les semelles ! Si ces dernières sont lisses, faites attention ! Vous risquez de glisser sur la première taque d’égout venue ou sur la peinture blanche des marquages au sol. Comme pour les voitures et leurs pneus, vos chaussures et vos semelles sont le gage de votre adhérence au sol. Les rainures des pneus permettent d’évacuer l’eau en roulant, tout comme le font les empreintes de vos chaussures. Pour courir en toute sécurité, il faut au minimum un différentiel d’un millimètre de profondeur entre ces gouttières et la semelle.

Si vous vivez dans une région où il pleut tout le temps, n’hésitez pas à investir dans des chaussures spécialement pour la pluie.

Autre point important des chaussures, et surtout si vous habitez dans les régions dont nous parlions juste avant, c’est l’imperméabilité. Il existe de nombreux tissus qui permettent aujourd’hui d’allier l’étanchéité des chaussures à une bonne respiration pour courir sous la pluie. Ce sont des matières et tissus qui sont traités en usine et qui permettent au pied de bien évacuer l’eau et de rester plus ou moins sec.

Au-delà des chaussures, porter des chaussettes plus minces ou des socquettes, qui n’absorbent pas autant d’eau, empêchera les pieds détrempés de vous peser lors de vos foulées.

Choisissez des vêtements adaptés

Evacuer la sueurPour courir, vous devrez choisir les vêtements les mieux adaptés. Pour cela, il est toujours conseillé de porter un t-shirt technique à manches courtes ou longues ou une bonne veste qui vous coupe de l’eau. Traitées et imperméables, elles font ruisseler l’eau sans s’en imprégner. Dans tous les cas, soyez sûr que vous rentrerez mouillé et que vous ne saurez rien y faire sauf réduire votre état à l’arrivée. Vous devrez donc forcément faire sécher vos vêtements et vous changer après votre course à pied.

A cela, il ne faut pas oublier le froid. On a vite fait d’attraper un refroidissement en étant mouillé, inutile de prendre encore plus de risques avec le froid. C’est pourquoi, il est toujours conseillé de mettre plusieurs couches de vêtements. Il s’agit d’un système qui est réputé pour être un bon moyen de se couper du froid. C’est la technique de l’oignon : empiler les couches.

La couche primordiale étant celle qui est la plus proche du corps, on choisit généralement un vêtement dit « technique » qui va évacuer l’eau et la sueur de votre peau. Pour les couches externes, il faut choisir un bon coupe-vent, résistant aux intempéries. Ne tombez cependant pas dans le piège inverse où vous sortez trop couvert !

Porter plusieurs couches est une bonne stratégie en cas de froid intense, trop de couches en revanche est une stratégie perdante en cas de pluie battante.

Prévenez les irritations et frottements

Avoir des vêtements mouillés est une chose, mais un autre danger guette en-dessous… Le risque de souffrir de frottements et d’irritation. Un vêtement mouillé est désagréable pour la peau. Lorsque celui-ci subit un frottement répété, votre épiderme a vite fait de s’irriter, parfois jusqu’au sang. Il n’est pas rare de voir ce type de blessures, pourtant tout à fait prévisibles… Pour les éviter : utiliser du sparadrap avant la course pour protéger les zones sensibles. Par exemple, les tétons ou l’intérieur des cuisses.

Si vous planifiez de sortir longtemps, vous pouvez aussi enduire certaines zones du corps avec de la Vaseline. Cela protégera les parties de votre corps qui risque d’être mises en péril, comme les pieds, l’intérieur des cuisses, les aisselles, le dessous des coutures de brassières (pour les filles) et les tétons. Le short de compression est une autre bonne technique pour éviter les frictions.

Courir sous la pluie en toute sécurité

Voir et être vu

Courir sous la pluie est un exercice fastidieux et qui nécessite aussi une bonne dose de concentration. Qu’à cela ne tienne, il faut s’équiper pour bien voir (les obstacles) et être vu des autres.

En cas de précipitation, la visibilité se réduit, pour vous comme pour les autres. Les conducteurs doivent être plus attentifs et le balai des essuie-glaces peut les gêner. Ils ne feront donc pas nécessairement attention à votre présence. Pour vous en faire remarquer, n’hésitez pas à vous habiller avec des vêtements colorés, voir carrément flash. La sécurité avant tout ! Il existe en outre une foule d’accessoires dont vous pouvez faire usage. Nous pensons au gilet jaune, aux bandes réfléchissantes, à une lampe frontale, par exemple.

Protégez vos accessoires

A l’heure actuelle, rare sont les coureurs qui ne prennent rien avec eux. La plupart d’entre nous court avec des écouteurs, avec son téléphone, ou avec un autre appareil connecté. Tous ces appareils n’aiment pas l’eau et, par temps de pluie, il faut les protéger au mieux. En vous apprêtant pour courir sous la pluie, n’hésitez pas à ranger tout votre matos dans une pochette waterproof prévue à cet effet ou laissez-les bien au sec à la maison.

Regardez où vous courez

Jeune fille courant sous la pluieEn course à pied, il est toujours important de regarder où on pose les pieds. C’est une nécessité lors des joggings en forêt pour ne pas se faire une entorse ou tomber, c’est aussi important en ville où l’on a vite fait de glisser sur un papier ou de trébucher sur un rebord de trottoir.

Lorsqu’il pleut, tous ces dangers se retrouvent exacerbés du fait de la visibilité réduite et du risque accru de chute. Alors, redoublez de prudence lorsque vous courez sous la pluie !

Si vous pensez qu’une journée pluvieuse est le moment idéal pour travailler avec des intervalles de sprint ou battre votre record, vous avez tout faux ! Il sera dans ce cas préférable d’aller sur le tapis roulant, car le temps va réduire considérablement votre vitesse, la pluie peut ajouter jusqu’à une minute par km à votre temps.

Quand il pleut, il faut adapter votre séance de sport en conséquence et travailler sur l’endurance et la résistance plutôt que sur la vitesse. Pour cela, il faudra faire de plus petites foulées, à un rythme réduit. En fait, c’est un peu comme lorsque vous courez en forêt ou dans des sous-bois. Vous devez faire montre de prudence à chaque fois que vous posez un pied par terre.

La raison pour laquelle vous devez évoluer à un rythme différent est simple. Quand vous faites des foulées plus rapides et plus courtes, vous diminuez le temps de contact entre votre semelle et le sol. Vous diminuez donc le risque de chute.

Sous la pluie, il faut aussi faire attention aux flaques autant que vous le pouvez. Non pas que ce soient des pièges (quoiqu’on n’en connaisse pas la profondeur), mais les éviter réduira le risque de pieds mouillés ou détrempés… Lorsque vous rencontrez ces flaques, pliez bien les genoux pour abaisser votre centre de gravité et empêcher votre corps d’être trop rigide. Cela vous aidera à vous protéger contre les blessures au niveau du talon d’Achille et des ischio-jambiers

Le truc en plus : le sac poubelle

Lorsqu’il pleut, rien ne vous protégera mieux qu’un bon sac plastique du type sac poubelle. C’est le truc que tous les coureurs utilisent et vous en verrez toujours courir… Pourquoi ? Parce que c’est le truc le plus pratique et le moins cher qui existe… Nul besoin d’investir dans une veste ou un coupe-vent hors de prix, le sac vous gardera tout autant au sec ! Pour cela, il vous suffit de couper un trou pour le cou et deux trous pour les bras.

Si vous participez aux courses qui attirent foule (comme les marathons ou les 20km de telle ou telle ville), vous verrez de nombreux coureurs ainsi accoutrés et qui utilisent ce système D pour rester à l’abri et ne pas subir les intempéries.

Par contre, le plastique ne respire pas et une fois bien réchauffé, vous devrez vous en débarrassé, car il vous fera transpirer abondamment.

Que faire quand on rentre à la maison ?

Une fois votre entraînement terminé, il vous faudra penser à vous changer aussi vite que possible et à vous sécher consciencieusement. Les pieds surtout. A force d’être resté dans un endroit humide, ils ont souffert et des fissures ou des mycoses peuvent apparaître.

De même, séchez vos cheveux et mettez des vêtements secs rapidement après votre course ou votre séance d’entraînement. Si vous restez mouillé trop longtemps, vous risquez l’hypothermie. Une bonne idée lorsque vous participez à une course est d’apporter un ensemble de vêtements supplémentaires que vous laissez dans un sac ou dans votre voiture, et qui reste facilement accessible après l’arrivée.

Entretenir ses chaussures de runningPrenez soin de vos chaussures

Vos chaussures aussi ont droit à un traitement après avoir couru sous la pluie… Il faut les essorer et les essuyer. Pas question donc de se jeter dans son canapé avec un chocolat chaud après vos efforts… Au contraire ! Prendre soin de ses chaussures est impératif.

Le mieux que vous puissiez faire est d’utiliser du papier journal. Ici encore, il s’agit d’un truc de grand-mère pour prendre soin de ses affaires (un peu comme le sac poubelle. En effet, le papier journal a pour avantage d’absorber l’eau tout en étant très maniable. Roulez en boule une page et commencez à frotter. Ainsi, vous pourrez les sécher sans les abîmer. Placez une boule à l’intérieur se révèle tout aussi excellent.

Related Posts

Laisser un commentaire

Ne pas publier l'adresse mail Les champs obligatoires sont marqués *

Change Pricing Plan

We recommend you check the details of Pricing Plans before changing. Cliquez-ici



180joursPour une salle0 regular & 0 featured listings