À quelle période faire un saut en parachute ?

Auparavant, le saut en parachute était un moyen pour permettre aux militaires de larguer les soldats ou les équipements dans une zone inaccessible par voie terrestre. Cette activité ne devint un loisir que vers la seconde moitié du XXe siècle, avec l’amélioration du matériel et des dispositifs de sécurité. Désormais ouvert au grand public, le parachutisme est une pratique propice aux sensations extrêmes et à la montée d’adrénaline. C’est l’activité idéale pour les aventuriers en quête d’émotions intenses et pour les personnes qui cherchent simplement à sortir de leur zone de confort. Pour pouvoir sauter en toute sécurité, plusieurs points doivent être vérifiés, notamment la météo, l’âge minimum, le poids et par-dessus tout l’avis des professionnels du parachutisme.

Quelle est la saison idéale pour sauter en parachute ?

Il n’y a pas de saison idéale pour faire un saut en parachute. Cette activité se pratique aussi bien en hiver qu’en été ou encore durant toute autre période de l’année. D’un côté, il peut être intéressant de le faire durant les beaux jours, lorsqu’il n’y a pas le moindre nuage pour profiter d’une vue impressionnante sur le panorama. De l’autre, la lumière est plus douce durant les saisons froides, ce qui permet d’avoir des vidéos de très bonne qualité si vous voulez garder des souvenirs de cette expérience.

Tout comme pour les activités d’aérostation, les conditions météorologiques sont cruciales au bon déroulement d’un saut en parachute. Elles doivent être favorables aussi bien au décollage de l’avion que durant le saut en lui-même. En premier lieu, le vent doit avoir une vitesse de moins de 40 km/h avec zéro rafale en approche. Il faut en même temps analyser le gradient du vent (différence de courant d’air entre deux altitudes) pour que la descente et l’atterrissage se passent correctement.

La visibilité est également un critère à considérer. Au moment du décollage, du largage, et de l’atterrissage, il est primordial d’avoir une bonne vision des alentours pour pouvoir se repérer. Le minimum de visibilité requis est de 3 à 4 km. En cas de brouillard, de brume épaisse ou de pluie, le parachutisme est interdit. Si les conditions météorologiques sont défavorables, le saut sera reporté.

Il faut également s’informer de la disponibilité des centres de parachutisme. Le mieux pour pouvoir réserver un saut en parachute est de les contacter en passant par des sites internet comme Passionchutelibre.com ou toute autre plateforme dédiée. Ils seront en mesure de vous informer sur les prochaines dates. Toutefois, des contraintes relatives au lieu du saut peuvent toujours se présenter. Bien que les professionnels disposent déjà d’une zone réservée à cette activité, un éventuel trafic aérien peut parfois empêcher ou retarder le saut.

Chute libre, saut en parachute

Le parachutisme : pour quels participants ?

Pour des raisons de sécurité, certains critères définissent qui peut ou ne peut pas faire de saut en parachute. Ils concernent notamment l’âge, le poids et la santé du passager.

L’âge

Seules les personnes ayant 15 ans ou plus sont autorisées à faire du parachutisme. Pour les mineurs, une autorisation venant des parents ou d’un tuteur légal sera exigée.

Le poids

La limite recommandée est de 90 kg. Si le passager pèse plus lourd, mais souhaite quand même sauter, les professionnels réévalueront certains aspects tels que la taille du parachute, le renforcement des dispositifs de sécurité, voire même le poids du moniteur qui supervisera le saut. Dans la plupart des cas, des frais supplémentaires peuvent être demandés.

La santé

Chaque passager doit présenter un certificat médical de non-contre-indication à la pratique du parachutisme. Ce document est d’ailleurs requis par les assureurs de la FFP (Fédération française de parachutisme). Cette activité est aussi proscrite aux femmes enceintes, aux personnes ayant une sensibilité excessive aux variations de pression ou souffrant de problèmes cardiaques. Il faut également éviter de consommer de l’alcool durant les 24 heures qui précèdent le saut.

Même si toutes ces conditions sont remplies, les moniteurs restent en droit de refuser un client s’ils pensent que le saut est dangereux pour celui-ci.

Quels vêtements mettre pour un saut en parachute ?

Pour profiter pleinement de l’expérience, il faut s’habiller de manière confortable et décontractée. La tenue idéale varie selon la saison, c’est-à-dire qu’il faut prévoir des vêtements chauds si le saut se déroule en hiver tandis qu’un jean et un t-shirt suffisent en été. Une fois en altitude, le froid commence à se faire sentir, mais c’est un détail qui s’oublie rapidement pour laisser la place aux émotions fortes et à la poussée d’adrénaline.

Le but est de se mettre parfaitement à l’aise pour pouvoir exécuter les mouvements de sécurité nécessaires durant le saut, la descente en chute libre, l’ouverture du parachute et l’atterrissage. Les vêtements lourds, les sweats à capuche et à cordons, les chaussures disposant de crochets, les talons et les ballerines sont à éviter. Le port d’appareils photo est aussi prohibé. Une équipe de caméramans parachutistes peut être déployée à la demande des clients qui souhaitent immortaliser leur baptême de l’air.

Le matériel essentiel est fourni par le centre de parachutisme. Il est composé du parachute évidemment, du harnais de sécurité, du casque et des lunettes de protection (ou des sur-lunettes pour ceux qui en portent déjà), d’une combinaison de saut, ainsi que d’un altimètre pour déterminer l’altitude et le moment auquel il faut ouvrir le parachute.

combinaison de saut

Comment se passe un saut en parachute ?

Après avoir réservé une date avec les professionnels du parachutisme, il ne reste plus qu’à attendre que le moment fatidique arrive. Les centres préviennent toujours en cas d’annulation ou de report tout en communiquant la nouvelle date. Le jour J, il est conseillé d’arriver en avance pour pouvoir se préparer mentalement. En effet, l’idée de sauter dans le vide à haute altitude peut induire une surexcitation chez certaines personnes et du stress chez d’autres. Il convient de s’isoler quelques instants avant le départ pour reprendre ses esprits et se mettre en bonne condition.

L’expérience se divise en plusieurs parties, dont le briefing au sol, l’embarquement, le décollage, le vol en avion, le saut, la chute libre, l’ouverture du parachute et l’atterrissage.

Le briefing au sol

Cette partie dure environ 15 à 20 minutes et a pour but d’expliquer le déroulement du saut. Les consignes de sécurité, les positions à adopter dans les airs, les conditions météorologiques et l’utilisation des équipements sont autant de sujets qui seront abordés. C’est également le moment de poser toutes sortes de questions concernant le saut en parachute. Les professionnels y répondront avec plaisir pour rassurer les futurs parachutistes. Chaque participant aura son propre moniteur, qui s’occupera de la mise en place et de la vérification du matériel.

L’embarquement, le décollage et le vol en avion

L’embarquement se fait dans l’ordre inverse des départs, c’est-à-dire que les personnes qui souhaitent sauter en dernier montent en premier dans l’avion. Le vol dure entre 15 à 20 minutes, le temps d’atteindre 4000 mètres d’altitude et d’arriver au point de largage. Les moniteurs ne manqueront pas de rappeler les consignes à chacun.

Le saut en parachute

Une fois la zone de largage atteinte, une dernière vérification du matériel est effectuée. Avant de sauter, il est de coutume de saluer les autres parachutistes. Au signal du pilote, la porte de l’avion peut être ouverte et tout le monde saute dans l’ordre défini. Il faut espacer les sauts de quelques secondes pour laisser au moins 300 mètres de distance entre deux parachutistes.

La chute libre

C’est la partie de l’aventure que tout le monde attend. L’adrénaline monte en flèche pendant 50 secondes de pur plaisir et de sensations fortes. Les cris de joie, de peur, de panique ou d’excitation se feront entendre en même temps que le bruit du vent. Il s’agit du meilleur moment du saut en parachute donc il ne faut surtout pas fermer les yeux pour ne rien rater de l’expérience (les lunettes de protection sont d’ailleurs faites pour cela). La chute se fait à une vitesse de 200 km/h, ce qui fait qu’on peut voir le sol se rapprocher rapidement.

Le déclenchement du parachute et la descente sous voile

Une fois à 1500 mètres d’altitude, le moniteur déclenche le parachute après avoir prévenu le passager. À cause du changement de vitesse de 200 à 20 km/h, une sensation de freinage brusque, mais indolore se fera ressentir. La descente sous voile dure environ 8 minutes pendant lesquelles on peut admirer le décor.

L’atterrissage

Contrairement aux idées reçues, l’atterrissage n’est pas du tout brutal puisque le moniteur gère tout le processus et le passager n’a qu’à bien respecter ses consignes. Ceux qui atterrissent en premier peuvent regarder les autres arriver tout en gardant une distance de sécurité. L’expérience touche à sa fin une fois que tout le monde a touché le sol.

En résumé, un saut en parachute, c’est 15 minutes pour se préparer, 20 minutes pour monter les 4000 mètres d’altitude, 50 secondes de chute libre pendant lesquelles on se sent plus vivant que jamais et 8 minutes de balade sous voile tout en contemplant le paysage. On ne peut garder que de bons souvenirs d’une aventure si unique et palpitante.

Related Posts